dimanche 14 juillet 2019

Les médecins prescrivent actuellement de la musicothérapie


musicothérapie

Les médecins prescrivent actuellement de la musicothérapie pour les affections cardiaques, la dysfonction cérébrale, les troubles d'apprentissage, la dépression, le SSPT [Danysis : ou stress post-traumatique (TSPT) ] la maladie d'Alzheimer, le développement de l'enfance et plus

La musique a maintes fois prouvé son importance pour la culture humaine. De son origine cérémonielle à son utilisation médicale moderne en termes de motivation personnelle, de concentration et d'humeur changeante, la musique est un baume puissant pour l'âme humaine. Bien que la «musicothérapie» traditionnelle englobe un ensemble spécifique de pratiques, l’utilisation plus large de la musique en tant qu’outil thérapeutique peut être envisagée de nos jours, car on trouve des médecins recommandant de la musique pour une grande variété de conditions.


1

 La musique aide à contrôler la pression artérielle et les troubles liés au cœur

Selon la Société cardiovasculaire de Grande-Bretagne , écouter de la musique à rythme répétitif pendant au moins dix secondes peut entraîner une diminution de la pression artérielle et une diminution de la fréquence cardiaque. Certaines compositions classiques, si elles correspondent au rythme du corps humain, peuvent être utilisées en thérapeutique pour garder le cœur sous contrôle. L’étude de l’Université d’Oxford indique qu ’« écouter de la musique avec un rythme répété de 10 secondes coïncidait avec une chute de la pression artérielle, réduisant le rythme cardiaque »et peut donc être utilisé pour vaincre l’hypertension.


2

Écouter de la musique  aident à traiter le stress et la dépression
En ce qui concerne le cerveau humain, la musique est l’un des meilleurs médicaments. Une étude réalisée à l'Université McGill au Canada a révélé qu'écouter de la musique agréable encourageait la production de substances chimiques bénéfiques pour le cerveau, en particulier l'hormone «feel good» appelée dopamine. La dopamine fait partie intégrante du système d'amélioration du plaisir du cerveau. En conséquence, la musique procure un grand sentiment de joie et de bonheur.
Ce n'est pas seulement écouter de la musique qui a un effet positif sur le stress et la dépression. La Namm Foundation a dressé une liste complète des avantages de la musique, notamment la réduction du stress émotionnel et moléculaire. En outre, des études ont montré que les adultes qui jouent de la musique produisent des niveaux plus élevés d’hormone de croissance humaine (HgH), qui, selon Web MD , est une hormone nécessaire à la régulation de la composition corporelle, des liquides organiques, de la croissance musculaire et osseuse, du métabolisme du sucre et de la graisse, et éventuellement fonction cardiaque.
Pour en savoir plus sur la façon dont la musique peut être bénéfique pour le cerveau, consultez États de la conscience et Entraînement des ondes cérébrales .

3

musicothérapies aident à traiter la maladie d'Alzheimer
La musicothérapie a fait des merveilles chez les patients atteints de la maladie d'Alzheimer. Avec la maladie d'Alzheimer, les gens perdent leur capacité d'interaction et poursuivent leurs communications interactives. Selon des études menées en partenariat avec la Fondation Alzheimer des États - Unis , «lorsqu'elle est utilisée correctement, la musique peut modifier l'humeur, gérer l'agitation induite par le stress, stimuler les interactions positives, faciliter la fonction cognitive et coordonner les mouvements moteurs."

4

L'étude de la musique stimule les résultats scolaires des lycéens
Une exposition précoce à la musique augmente la plasticité du cerveau en aidant à motiver la capacité du cerveau humain de manière à ce qu'il réponde facilement à l'apprentissage, au changement et à la croissance. «James S. Catterall, professeur à l'UCLA, a analysé les résultats scolaires de 6 500 étudiants à faible revenu. Il a constaté que, au moment où ces élèves étaient en 10e année, 41,4% de ceux qui avaient suivi des cours d'arts avaient obtenu des résultats dans la moitié supérieure aux tests standardisés, contre seulement 25% de ceux qui avaient une expérience artistique minimale. Les étudiants en arts étaient également de meilleurs lecteurs et regardaient moins la télévision. »Cela montre que, dans les premières étapes de la vie, les enfants qui étudient la musique réussissent beaucoup mieux à l'école.

5

Jouer de la guitare (et autres instruments) Aide au traitement du SSPT
Le département américain des Anciens Combattants a présenté une étude dans laquelle des anciens combattants souffrant du syndrome de stress post-traumatique (SSPT) ont connu un soulagement en apprenant à jouer de la guitare. L’organisme responsable de la fourniture de guitares, Guitars for Vets, «améliore la vie des vétérans militaires malades et blessés en leur fournissant des guitares et des cours de musique gratuits». Jouer de la musique pour récupérer du SSPT ressemble à de la musicothérapie traditionnelle, dans laquelle les patients sont encouragés à une partie de leur processus de guérison. La guitare n'est pas le seul instrument qui peut aider au SSPT. En fait, l’ opération Nous sommes ici contient une liste exhaustive d’opportunités musicales pour les vétérans militaires.

6

L'étude de la musique stimule le développement du cerveau chez les jeunes enfants
Une étude basée sur la recherche entreprise à l'Université de Liverpool dans le domaine des neurosciences a permis de mieux comprendre les effets bénéfiques d'une exposition précoce à la musique. Selon les résultats, même une demi-heure de formation musicale est suffisante pour augmenter le flux de sang dans l'hémisphère gauche du cerveau, ce qui entraîne des niveaux plus élevés de développement du jeune enfant.
Le Portland Chamber Orchestra partage, «Le jeu d'un instrument de musique implique plusieurs composants des systèmes nerveux central (cerveau et moelle épinière) et périphérique (nerfs en dehors du cerveau et de la moelle épinière). Quand un musicien joue d'un instrument, les systèmes moteurs du cerveau contrôlent les mouvements bruts et fins nécessaires à la production du son. Le son est traité par des circuits auditifs, qui peuvent à leur tour ajuster la signalisation par les centres de commande des moteurs. De plus, des informations sensorielles provenant des doigts, des mains et des bras sont envoyées au cerveau pour traitement. Si le musicien lit de la musique, des informations visuelles sont envoyées au cerveau afin qu’elles puissent traiter et interpréter les commandes des centres moteurs. Et bien sûr, le cerveau traite également les réponses émotionnelles à la musique! "

7

L'éducation musicale aide les enfants à améliorer leurs compétences en lecture
Psychologie Journal of Music rapporte que « Les enfants exposés à un programme de cours de musique sur plusieurs années portant sur la formation en compétences rythmiques, tonales et pratiques de plus en plus complexes affichent des performances cognitives supérieures dans les compétences en lecture par rapport à leurs pairs non-formation musicale . » Dans la première étapes de l’apprentissage et du développement, la musique suscite des réactions auditives, émotionnelles, cognitives et visuelles chez l’enfant. La musique facilite également le développement kinesthésique de l'enfant. Selon les données probantes étayées par la recherche, une chanson facilite l’apprentissage des langues bien plus efficacement que la parole.

8

Écouter de la musique aide à améliorer le sommeil
Selon le Centre pour les maladies cardiovasculaires en Chine , écouter de la musique avant et pendant le sommeil aide beaucoup les personnes souffrant de troubles chroniques du sommeil. Cette «relaxation assistée par la musique» peut être utilisée pour traiter les troubles du sommeil aigus et chroniques, du stress et de l’anxiété à l’insomnie.

9

Jouer au didgeridoo aide à traiter l'apnée du sommeil
Une étude publiée dans le British Medical Journal montre que les personnes souffrant d'apnée du sommeil peuvent trouver un soulagement en pratiquant l'instrument à vent australien connu sous le nom de didgeridoo . Les patients qui ont joué au didgeridoo en moyenne 30 minutes par jour, 6 jours par semaine, ont constaté une amélioration significative de la qualité de leur sommeil et une diminution de leur fatigue diurne après une période minimale de trois mois de pratique. Dr. Jordan Stern deBlueSleep déclare: «Le traitement de l'apnée du sommeil est assez difficile car il n'existe pas un traitement unique qui fonctionne bien pour chaque patient. Le didgeridoo a été utilisé pour traiter l'apnée du sommeil et son efficacité a été démontrée en partie en raison du renforcement des muscles pharyngés, ce qui signifie les muscles de la gorge, ainsi que ceux de la langue. ”

À quoi d'autre la musique est-elle prescrite?

Cette liste ne représente qu'un petit échantillon de ce que font les médecins, les thérapeutes et les guérisseurs avec de la musique. Nous aimerions recevoir de vos nouvelles. Quels sont les autres usages thérapeutiques de la musique?

Merci d'avoir lu !
Trouvé là
  à bientôt  
bonnes vacances ... faites ou écoutez de la musique     

mercredi 26 juin 2019

♥ ♥ des plumes - 1



je suis pieds bleus 

 














Les photos sont de

Carpe Diem   -   Animaux et Paysages du Monde   -    Beautiful Birds in the World

Pensez à eux : mettez de l'eau dans des récipients, sur vos balcons et fenêtres !  
Merci pour eux ♥ 

 à bientôt 

lundi 10 juin 2019

Chlorelle ou spiruline, laquelle choisir et pour quoi faire ?




elles ont chacune des propriétés spécifiques qui peuvent correspondre à des attentes précises pour ceux qui les utilisent.

Ces deux algues minuscules n’en finissent pas d’être étonnantes. Les études ne manquent sur elles, et leurs cultures se développent dans le monde entier, y compris en Europe et aux États-Unis, après l’Asie et l’Afrique, où elles sont connues et utilisées depuis des années déjà.


La chlorelle et la spiruline pour lutter contre les anémies


Les anémies peuvent être de deux natures : dues à une carence en fer (anémie ferriprive) ou en vitamine B12 (anémie de Biermer).

 * Chlorelle et spiruline 
ont des taux en fer bio-disponible et en B12 les plus élevés de tous les végétaux. Elles sont particulièrement intéressantes pour les végétariens stricts, les anorexiques, et les personnes dénutries. 
Mais la spiruline a un intérêt supplémentaire qui va au-delà de la seule synthèse de l’hémoglobine.

Des chercheurs chinois ont démontré que la phycocyanine, ce pigment protéique respiratoire unique à la spiruline, intervient au niveau de la moelle osseuse, siège de l’érythropoïèse, en stimulant l’évolution et la différenciation des cellules souches des lignées sanguines rouges et blanches.

Cette découverte est corroborée par une expérience japonaise après la bombe de Nagasaki et une autre expérience russe après l’explosion de la centrale de Tchernobyl. Les patients japonais de l’hôpital Saint-Francis à Nagasaki ont été traités en suivant une diète stricte composée de riz brun, de miso, d’algues wakamé et kombu, et de spiruline, qui les a sauvés. En Biélorussie, entre 146.000 et 160.000 enfants traités avec 5 g de spiruline par jour pendant 45 jours à l’Institut of Radiation Médecine à Minsk ont vu leur taux d’irradiation chuter.

* La spiruline



Pour stimuler le système immunitaire : la spiruline

La spiruline est incontestablement un puissant tonifiant du système immunitaire. Non seulement grâce à la présence de vitamines (vit.E), d’oligo-éléments (Zinc, Sélénium) et d’antioxydants (bêta-carotène), mais aussi grâce à la présence ses molécules complexes (les polysaccharides et polypeptides membranaires), dont les effets immunostimulants sont étudiés depuis le milieu des années 90.

Les chercheurs affirment que la spiruline agit sur les organes impliqués dans l’élaboration du système immunitaire (foie, rate, thymus, ganglions lymphatiques, végétations adénoïdes, amygdales et moelle osseuse), en même temps qu’elle stimule le fonctionnement des cellules immunitaires.

Ce qui revient à dire que la spiruline augmente à la fois l’immunité cellulaire (lymphocytes T, macrophages, cellules B, cellules tueuses naturelles ou NK qui s’attaquent aux cellules cancéreuses) et l‘immunité humorale (anticorps et cytokines).


Pour rechercher un effet antioxydant et anti-âge : la spiruline

L’arsenal complet et synergique sous forme de bêta-carotène, de vitamine E, de zinc et de sélénium, qui comptent parmi les antioxydants les plus efficaces dont on puisse disposer, ferait (au conditionnel, car il s’agit d’un effet empirique, c’est-à-dire sans études scientifiques) de la spiruline une championne de l’aliment anti-âge et de la lutte contre le stress oxydatif.
Pour améliorer ses performances musculaires : la spiruline

La présence de protéines associée à l’effet favorisant la synthèse sanguine et au cocktail de vitamines de la spiruline constituerait, serait (au conditionnel, car il s’agit d’un effet empirique, c’est-à-dire sans études scientifiques) un incroyable dopant naturel, très apprécié par les sportifs, notamment les cyclistes de Nord…
Les professionnels n’hésitent d’ailleurs pas à augmenter les doses, puisqu’il n’y a pas de risques de surdosage de spiruline.

* La Chlorella est un genre d'algues vertes unicellulaires d'eau douce


Pour améliorer le bien-être général : la chlorelle

Cette amélioration serait (au conditionnel, car il s’agit d’un effet empirique, c’est-à-dire sans études scientifiques) liée à celle de l’état de santé général grâce à la composition de la chlorelle, mais également à l’augmentation de la sérotonine appelée « l’hormone du bonheur » grâce à l’apport de l’acide aminé tryptophane contenu dans la chlorelle, qui en permet la synthèse.


Pour lutter contre les toxines : la chlorelle

La paroi cellulaire à trois couches principalement composée de cellulose et de chitine de la chlorelle possède de grandes propriétés absorbantes vis-à-vis des toxines comme la dioxine, les métaux lourds comme le mercure, le cadmium ou le plomb. Cette micro-algue a donc la capacité de fixer les métaux lourds, les pesticides et les toxines pour en débarrasser le corps en les éliminant naturellement. Mais elle constitue aussi un bouclier naturel de protection contre ces toxines.

Pour prévenir contre les maux de l’hiver : la chlorelle

La chlorelle permet de prévenir, mais aussi de participer à la lutte contre les infections bactériennes (rhumes, rhinopharyngites, etc.), selon des études faites sur l’homme.

Dans les années 1960 au Japon, une étude sur un groupe d’environ 1.000 soldats marins japonais sur une période de 95 jours a montré un résultat surprenant : les soldats du groupe d’essai qui recevaient quotidiennement 2 g de chlorelle présentaient un risque significativement moindre (25 %) d’attraper un rhume. Une étude de 2003 a montré que la consommation de chlorelle par des volontaires âgés de 50 à 55 ans ayant été vaccinés contre la grippe avait un impact positif sur la production d’anticorps.
Pour lutter contre la constipation : la chlorelle

La chlorelle contient 30 % de fibres comme celles trouvées dans les légumes, favorisant le bien-être intestinal. Elle présente aussi des propriétés de détoxication très importantes. Troisième avantage : en renforçant la croissance des lactobacilles (enzymes sont indispensables au bon fonctionnement de l’intestin), elle favoriserait le nettoyage complet de l’organisme.
Pour les intestins sensibles, il est bon de choisir la chlorelle avec le Nutriose®, afin d’éviter d’éventuelles diarrhées. 


Pour faire baisse la pression et le cholestérol : la chlorelle et la spiruline 

(Danysis : attention de ne pas les substituer à un traitement)

La grande quantité d’acides gras insaturés et d’oméga-3, associée à des antioxydants naturels (chlorophylle (2,6 à 3,6 g/100 g) et caroténoïdes (700 mg/100g)) et à l’équilibre unique de nutriments de la chlorelle peuvent agir favorablement sur une baisse de la pression artérielle et du cholestérol, quand ils sont élevés.

De la chlorelle consommée pendant deux mois par des volontaires légèrement hypertendus a eu un impact sur leur pression artérielle en la réduisant et en la stabilisant, tout en réduisant aussi le LDL- cholestérol (le « mauvais » cholestérol).

Une étude japonaise menée sur 30 patients ayant des taux de cholestérol et de triglycérides ainsi qu’une tension élevés et recevant 4,2 g de spiruline tous les jours pendant huit semaines sans changer leur régime alimentaire montre que les taux précédents et leur tension ont tous favorablement chuté.


Ces algues sont très souvent réduites en poudre (Danysis)


Elles contiennent toutes les deux 

· de la vitamine B12 (que l’on ne trouve normalement que dans les produits animaux),

· des taux de protéines en acides aminés essentiels aussi assimilables que celles des produits animaux et parmi les plus élevés au monde (100 g de spiruline contient autant de protéines (60 g) que 300 g de viande en moyenne)

· du fer assimilable en quantité (100 mg/100 g pour la spiruline, 40 à 70 mg/100 g pour la chlorelle).


Mais ; 
 lire les liens !

** CHLORELLE
https://www.passeportsante.net/fr/Solutions/PlantesSupplements/Fiche.aspx?doc=chlorelle

** SPIRULINE
https://www.passeportsante.net/fr/Solutions/PlantesSupplements/Fiche.aspx?doc=spiruline_ps



  à bientôt 

dimanche 12 mai 2019

L’huile de Ricin



Un prodigieux remède d'antan



Franchement, si vous vous rendiez en pharmacie pour un mal de gorge, l’huile de ricin serait certainement le dernier remède que vous demanderiez. Et si vous le faisiez, attendez-vous à des réactions pour le moins embarrassantes. Oui, au cas où vous ne le sauriez pas, l’huile de ricin est un puissant laxatif.



À une époque où internet n’existait pas encore, et où il était difficile de trouver des informations aussi facilement que maintenant, lorsque la pharmacienne m’accueillait, je voyais son expression s’altérer : « Oh vous ! Vous avez toujours de drôle de demandes !? » me dit-elle un jour.

J’étais convaincu que cette huile à l’odeur et à la texture caractéristiques pouvait soigner n’importe quoi. Malheureusement, hormis une curiosité débordante, je n’avais aucun problème à traiter.

* Faire disparaître les verrues

J’avais accompagné un jour une copine chez un podologue réputé, pour faire enlever une verrue sous la voûte plantaire.J’avais assisté à cette opération dans son cabinet et m’étais juré, ce jour-là, qu’aucun bistouri ne toucherait jamais ma peau si j’avais moi-même une verrue. J’étais même étonné que des traitements aussi barbares puissent encore exister de nos jours.

Quelle ne fut pas ma surprise de découvrir, quelques semaines plus tard, une verrue sous mon propre pied ! Je me souviens, ce jour-là, de ma joie infinie d’apercevoir, sur ma peau, cette petite excroissance. J’allais enfin pouvoir tester cette fameuse huile.


Partant pour quelques jours de ski dans les Alpes, je pris avec moi un petit flacon d’huile de ricin, un tout petit bout de tissu que je pliai en 4 et du scotch dermique (celui qu’on utilise après une prise de sang, pour faire tenir le coton sur le point de ponction).Tous les matins, avant d’enfiler les grosses chaussures de ski, je mettais une goutte ou deux d’huile de ricin sur le tissu, que je plaquais contre la verrue, à même la peau, et maintenais avec le scotch. Je le fis tous les jours. Je gardais le même bout de tissu, et y remettais simplement un peu d’huile régulièrement.

Je ne sais ce qui se passa vraiment. J’ai tout oublié. Deux mois plus tard, ça me revint subitement : la verrue, le pansement à l’huile de ricin, les chaussures de ski, etc. Je me déchaussai et enlevai ma chaussette hâtivement, mais il n’y avait plus rien : la verrue avait disparu ! À la place, il n’y avait qu’une belle peau toute rose.

L’expérience se reproduisit des années plus tard avec une verrue apparue sur le genou. 
Mais cette fois , j’étais décidé à l’observer attentivement. Au fil des jours, elle devint plus grosse, prit un aspect blanchâtre et squameux, au point que je crus avoir fait une bêtise. Je m’inquiétais. Mais surprise, lorsqu’un matin je me décidai à la toucher du doigt après deux semaines de traitement, elle tomba par terre, sans laisser aucune cicatrice. Le remède semblait donc efficace. Et s’il l’était pour des verrues, il devait aussi l’être pour d’autres choses.

* Des centres de verrologie pour étudier le cancer



Dans les années 80, certains médecins remarquèrent que les verrues se comportaient comme des tumeurs. Or il est un fait que les verrues peuvent disparaître subitement, du jour au lendemain. De même constatait-on certaines guérisons remarquables de tumeurs malignes, aussi grosses qu’un pamplemousse, en l’espace d’une seule nuit.

Les chercheurs américains eurent l’idée de créer des centres de verrologie (étude des verrues, à ne pas confondre avec la virologie, qui a pour objet l’étude des virus) pour étudier ce phénomène et mieux comprendre le cancer1. Je ne sais si ce projet put voir le jour, mais l’approche semblait prometteuse.

Il fut démontré, par ailleurs, que derrière ces guérisons surprenantes avait toujours lieu une violente inflammation, provoquée par un agent pathogène extérieur à proximité de la tumeur. Les médecins tentèrent donc d’injecter un virus près du siège de la tumeur, afin d’initier eux-mêmes un processus analogue.

plante de ricin

Dans tous les cas, les patients eurent de fortes fièvres, puis en guérissant l’invasion virale, on constata que le corps avait en même temps nettoyé la tumeur. Il ne restait qu’une cicatrice de la masse.

Mais le phénomène était difficilement contrôlable et, pour des raisons déontologiques (le corps médical n’a pas le droit d’inoculer un germe et de rendre malade une personne, au péril de sa vie), les expériences furent arrêtées2.

Ces évolutions conjointes des tumeurs et verrues me marquèrent, d’autant que j’avais réussi à me débarrasser de ces dernières facilement. Je notai également qu’Edgar Cayce, dont j’avais tout d’abord tiré ce remède, mentionnait son usage à de nombreuses fins, y compris les tumeurs.
Les indications

Dans toutes les lectures que j’ai pu trouver sur le sujet, l’huile de ricin a été utilisée avec succès dans de très nombreuses maladies.

Dans son livre « Les miracles de la guérison », par exemple, le docteur William A. McGarey liste l’expérience personnelle et professionnelle qu’il a pu en faire au sein de sa patientèle ;

- disparition d’une excroissance sur la paupière, en la massant quotidiennement avec un mélange d’huile de ricin et de bicarbonate de sodium (comme pour moi, elle tomba sans laisser aucune trace, alors qu’une opération avait été prévue) ;
- réduction du risque de fausses-couches durant la grossesse ;
- atténuation des vergetures dues à la grossesse ;
- cessation de n’importe quelle douleur articulaire (arthrite localisée, entorses, etc) ;
- guérison d’une kératose cutanée (zones sèches et épaisses sur la peau) ;
- disparition de nodules lymphatiques ;
- retour du sommeil dans le cas d’insomnies, même rebelles (une patiente explique qu’elle en imbibait des cotons qu’elle plaçait dans ses oreilles) ;
- même recette pour des infections de l’oreille ;
- troubles du comportement et de l’humeur chez les enfants (enfant capricieux, hyperactif, etc.), qui se volatilisent par application d’ emplâtres d’huile de ricin sur l’abdomen ;
- une étrange recette pour le rhume des foins : une goutte d’huile de ricin sur la langue, une fois par jour, avec un compte-gouttes ;
- éviction d’un très grand nombre d’opérations de l’appendicite, même en phase aiguë;
- guérisons remarquables, en un temps record, pour des doigts écrasés, des ongles retournés, ongles incarnés, etc.
- mais aussi guérison de plein d’autres bobos : cors aux pieds, kystes, oignons, ichtyose, nævus, cholécystite, diverses affections du foie, sclérodermies, maux de tête, troubles intestinaux, névrite, toxémie, rages de dents, sinusite, etc.

Bref, l’application de cette huile ne semble avoir d’autres limites que celles de votre ingéniosité. Elle serait bonne pour tout ! Je ne doute pas que vous lui trouviez vous-mêmes beaucoup d’autres utilisations.

* Les secrets de l’huile de ricin

Je partage l’avis du docteur Mac Garey : cette huile appelle le sang et la lymphe à l’endroit où vous l’appliquez.

Edgar Cayce (de Danysis ; https://fr.wikipedia.org/wiki/Edgar_Cayce ) n’en recommandait pas l’usage interne.À son époque, elle était utilisée comme puissant purgatif. Les gens à qui il conseilla de l’appliquer sur la peau ont dû être surpris (comme ma pharmacienne en début d’article). Pourtant, il affirmait nettement que l’huile de ricin était toxique et ne devait pas être prise par voie orale.

Alors, si elle est toxique, comment expliquer ses effets miraculeux ? Pour le comprendre, il faut aller chercher ailleurs.

Il existe un autre remède totalement impopulaire et néanmoins efficace : l’urinothérapie (amaroli)3. Bien que l’urine soit stérile, son usage pour se traiter est presque tabou. Pourtant, ceux qui ont testé cette technique relatent des résultats étonnants.


Une de mes patientes septuagénaire se massa les mains avec son urine du matin, et cela régulièrement, tous les jours sans exception. Elle souffrait de polyarthrite déformante avec des doigts en « coup de vent », c’est-à-dire qu’ils étaient déviés comme les tiges de blé après une bourrasque. C’était inquiétant.
Pourtant, un an plus tard, et bien que la médecine affirme que cela est impossible, ses doigts avaient retrouvé leur position naturelle.
J’apprécie ces exceptions à la règle, parce qu’elles remettent en cause pas mal de nos a priori.

* Comment un traitement aussi simple peut-il fonctionner ?

J’en suis arrivé à la conclusion que ce sont les déchets que contient l’urine qui lui donnent son pouvoir de régénération. En fait, ils ne font qu’activer le pouvoir de guérison du corps.L’augmentation de la circulation locale semble attirer in situ sang et lymphe pour nettoyer et réparer, régénérant du coup toute la zone, tous tissus confondus.

Mais le gros avantage de l’huile de ricin, que n’a pas forcément l’urine, c’est qu’elle est riche en minéraux, et particulièrement en vitamine E et en acides gras essentiels. 
Ces nutriments sont indispensables :
- pour activer les cellules lymphatiques et immunitaires appelées sur la zone polluée ;
- pour réparer les cellules lésées.

L’urine n’a pas forcément toutes ces qualités, parce que sa composition dépend de l’état de minéralisation de la personne. Or nous souffrons actuellement d’une cruelle carence en micro-nutriments, par le simple fait que notre alimentation est industrialisée.

¤ L’huile de ricin apporte incontestablement un gain nutritionnel d’une grande valeur, chose que ne fait pas l’urine.

* Quelle huile utiliser ?

Qualité « bio » oblige, elle sera forcément de première pression à froid.Vous pouvez vous en procurer en pharmacie, mais le pharmacien ne saura pas, en général, vous la certifier totalement exempte de traitement chimique. Toutefois, en première utilisation, celle que vous trouverez fera l’affaire, le temps de trouver une huile de meilleure qualité.

Le litre coûte environ 16 euros. Ne vous dirigez pas vers les produits de la parapharmacie, où les prix peuvent parfois atteindre des records (83 € le litre, par exemple, vendu par bouteilles de 100 ml à 8,30 € ).

Lors de mes premières expérimentations, l’huile avait une odeur caractéristique et elle était efficace.
Puis, elle fut remplacée par de l’huile raffinée pour en atténuer le goût. Je n’ai pas trop compris l’utilité de la chose, d’autant qu’elle sentait à présent le pneu.
Les industriels l’utilisent comme lubrifiant pour les avions et les moteurs, ou bien pour la fabrication de matières plastiques (et eux, préfèrent le produit épuré, c’est à dire raffiné), mais dans le domaine de la santé, cela était absurde. 
Bien évidemment, elle avait perdu toutes ses propriétés thérapeutiques (hormis son effet laxatif). J’ai alors dû m’en procurer dans d’autres pays.


Puis cette mode du raffiné est passée. Cependant l’huile que l’on trouve sur les étals n’a plus les vertus d’antan. Il va donc falloir en trouver ailleurs.

Certains magasins bio en vendent ou peuvent vous en commander. Elle est bonne, mais là aussi, pour des sommes parfois conséquentes. Gardez en mémoire le repère de 16 € le litre (plus les frais de port).

Dans les pays anglophones, l’huile de ricin est appelée Castor Oil, maladroitement traduit par « huile de castor ». Or castor en anglais se dit « beaver ».
Le seul lien entre les deux, c’est que l’huile de ricin remplaça l’usage du castoréum, une sécrétion huileuse très odorante produite par les glandes sexuelles du castor, qui l’utilise pour marquer son territoire et imperméabiliser son pelage.

Vous trouverez facilement de l’huile de ricin de qualité sur la toile. Sachez qu’un litre suffit amplement et représente une grande quantité pour son usage personnel.

Personnellement, après divers essais, j’utilise l’huile de ricin Naissance n°217, bio, pressée à froid, 100% pure… que l’on trouve facilement sur l’internet. Pour plus d’infos, cliquez sur ce lien, ou en cliquant sur la photo ci-dessus.

* Comment l’appliquer ?

La manière la plus simple de l’utiliser est d’en enduire la peau et de masser, à condition de bien frotter pour la faire pénétrer jusqu’au derme.

Elle peut être appliquée sur n’importe quelle partie du corps : le ventre, le cou, le visage, les mains, etc.

Il est toutefois plus pratique, et plus efficace aussi, d’en faire des emplâtres. 
Pour cela, il vous faut :


un tissu de flanelle en coton ou en laine (mais n’importe quel tissu en coton peut aussi faire l’affaire) 
une assiette ;
du papier cellophane (ou film alimentaire) ;
une bande de crêpe qu’on trouve en pharmacie (prenez-en une longue si vous souhaitez maintenir le cataplasme sur le ventre) ;
du scotch dermique (en pharmacie) si vous voulez faire un cataplasme sur une toute petite surface ;
et du bicarbonate de sodium (on en trouve même en grande surface).
Mettez un peu d’huile dans l’assiette.
Placez-la sur le feu ou la plaque électrique (évitez le micro-ondes !) et faites chauffer délicatement (attention : l’huile chauffe très rapidement).
Pliez le tissu en huit épaisseurs. Posez-le dans l’assiette afin qu’il s’imprègne d’huile.
Coupez un morceau de papier cellophane d’une taille suffisamment grande pour qu’il recouvre largement le tissu.
Placez d’abord la compresse (le tissu imbibé d’huile) sur la peau, au niveau de la zone à traiter.
Puis recouvrez-la du papier cellophane.
Enfin, bandez le tout, pour maintenir, avec la bande de crêpe.

Après 1 heure d’application au minimum, enlevez l’ensemble. Rangez la compresse dans une boite en plastique ou un sachet plastique pour la reprendre ultérieurement (en rajoutant à nouveau un peu d’huile chauffée dans l’assiette au moment opportun).

Nettoyez la peau avec de l’eau bicarbonatée. 
Pour cela, mélangez, dans un récipient, un verre d’eau et une cuillère à café de bicarbonate de sodium. 
Vous serez surpris de constater que le bicarbonate dissout le gras.

Renouvelez l’opération tous les jours, pendant plusieurs semaines, en fonction du résultat. Tout dépend de l’ampleur du problème et de la profondeur des tissus à atteindre.
Optimiser la recette
L’huile est plus performante lorsqu’elle est chauffée. La chaleur permet à l’huile de pénétrer la peau. Il est donc recommandé de poser par-dessus le bandage une couverture chauffante ou une bouillotte.

Au minimum, la compresse devra rester une heure sur la zone à traiter. Au mieux, on la garde tout la nuit, en fonction de la commodité (sur la joue, par exemple, ce n’est pas facile).

Il est possible d’activer l’huile de ricin en y ajoutant du bicarbonate de sodium. Cela semble améliorer les vertus de l’huile.

Vous devez absolument garder à l’esprit l’éventualité d’une probable application journalière des cataplasmes, et ceci pendant plusieurs semaines. Certains cas nécessiteront moins de temps, c’est évident. Quoi qu’il en soit, ce remède requiert persévérance et patience. 
Vous devez en tenir compte, sinon, vous risquez d’être déçu, alors que le produit est exceptionnel.

* A quel endroit du corps faire un cataplasme ?

L’huile de ricin s’applique sur les parties malades. Certaines sont plus accessibles que d’autres.


Sur la douleur Hormis des zones très locales, comme un traumatisme sur un doigt ou une côte, une douleur fulgurante et aiguë ou une zone enflammée, la pratique m’a montré qu’il était plus utile de guérir la cause du problème que son expression distale.
Beaucoup de problèmes d’épaule, par exemple, ont pour origine des dysfonctions organiques (les viscères). A droite, cela dénonce souvent un trouble hépatique (ou biliaire), alors qu’à gauche, c’est plutôt l’estomac ou le pancréas qui sont en cause. Cela ne veut pas dire qu’il n’y a rien à l’épaule, mais que l’origine du problème est le viscère.

* Sur la cause 

Il est plus efficace de traiter la cause que la conséquence. Et les résultats sont rapides. C’est pourquoi, quand le résultat tarde, c’est qu’il faut aller voir ailleurs.

* Comment trouver la cause ? 

Instinctivement, nous pressentons l’endroit qui ne va pas. Il s’agit de parties du corps qui avaient déjà posé des problèmes, apparemment résolus. Ceux-ci reviennent en général régulièrement, mais disparaissent de même, ne laissant qu’une petite gêne insignifiante.

Observez le côté sujet à ces retours fréquents. Souvent nous n’avons des problèmes que d’un seul côté. C’est un bon indice. Vous pouvez être certain que l’origine du problème est du même côté et qu’il touche plutôt un viscère. Ce peut être l’intestin droit, le foie sous les côtes, l’estomac, etc. Notez qu’il y a toujours à proximité de petits grains de beauté.


Placer le cataplasme sur cette zone fragile est extrêmement bénéfique, et résout une foule de problèmes que vous n’auriez jamais soupçonnés. Par ailleurs, cherchez aussi les micro-traumatismes dans les muscles. Ils sont très souvent la cause de problèmes articulaires beaucoup plus importants à distance. Fouillez dans les muscles les endroits douloureux (pour les problèmes de genou, allez voir particulièrement les mollets. Pour les cervicales, cherchez dans les bras). En temps normal, les fibres musculaires ne font pas mal. Si vous trouvez un « nœud » douloureux, faites-y un cataplasme sur plusieurs jours. Ce sont des zones faciles d’accès.

* Quelques emplacements privilégiés

Les résultats sont également spectaculaires sur des ganglions enflammés et douloureux. Parmi les ganglions, les amygdales sont des zones importantes et très souvent problématiques. Les vieilles angines à répétition peuvent laisser des séquelles insoupçonnées (sur la première cervicale par exemple).

Enfin, considérez aussi les cicatrices. Mine de rien, elles sont à l’origine de bien des dysfonctionnements dans notre machinerie. En temps normal, la peau doit être souple. Derrière une cicatrice suspecte, il y a toujours des adhérences. Si vous tirez la peau dans tous les sens, même délicatement, vous sentirez que la peau a perdu de sa souplesse.

Pour terminer, peut-être est-il utile de mentionner le plexus solaire ? 
Vous avez sans doute déjà remarqué qu’après plusieurs nuits blanches, il est très difficile de retrouver un sommeil malgré la fatigue. 
En réalité, arrivé à un point extrême, le corps a du mal à déconnecter et à retrouver son équilibre. Idem pour les émotions (tant centrifuges comme la colère, que centripètes comme la tristesse) : à flirter dans les excès, on n’arrive plus à redescendre. 
La machinerie s’emballe. 
On peut imager cette anomalie comme une surtension du plexus solaire. Un cataplasme dessus permet un retour à la normale rapidement.

Bien souvent, les tensions du diaphragme sont en réalité des surtensions du plexus solaire.Pour conclure, autrefois, le ricin portait le nom de Palma Christi, « Paume du Christ ». On ne sait si cela était en raison de la forme de ses feuilles – qui ressemblent à des mains – ou à cause de son pouvoir de guérison extraordinaire.

Voulant en savoir plus, j’ai interrogé un jour un vieux shaman sur ses propriétés déroutantes. Avec des yeux remplis de bonté, il m’a dit : « à l’endroit où vous la poserez, elle saura aimer, même là où il n’y a plus d’amour ». Et c’est en effet la sensation que cela m’avait donné.

Si vous avez l’impression d’être dans une impasse, qu’il n’y a pas de solutions, voici donc un remède merveilleux. Une lueur d’espoir dans les ténèbres. En libérant ainsi une à une les tensions internes, vous retrouverez un équilibre depuis longtemps perdu. Vivre sa vie, sans tension dans le corps, est totalement différent que de traîner les raideurs et les gênes disparates de son passé. 
Il n’y a rien de plus fabuleux que de vivre libéré de ses soucis.

Wladislas Barath

Ostéopathe, Hoenheim (67) France

Courriel : contact@barath.fr

Site web : http://barath.fr
____________________________
Guérisons remarquables, nous avons tous en nous un système guérisseur, de Caryle Hirschberg et Marc Ian Barasch, aux éditions J’ai Lu
La mafia médicale, de Guylaine Lanctôt, aux éditions Broché
Testez l’urinothérapie, le plus extraordinaire des remèdes naturels, de Christian Tal Schaller et Johanne Razanamahay, aux éditions Testez.



trouvé ; https://energie-sante.net/huile-de-ricin/

 à bientôt