lundi 21 décembre 2015

La crèche de Noël, joli mensonge.



J'espère ne pas vous décevoir avec ce post. 
Les renseignements sont pris un peu de tous les côtés, je vous indique dans l'ordre et en fin, comme d'habitude, les liens.



En premier lieu, rappelons-nous que la célébration de la naissance de Jésus est une pratique très tardive qui n’apparaît que vers l’an 300. Avant cette date, les Chrétiens considèrent qu’il y a des choses bien plus importantes à fêter que la naissance d’un bébé, fût-il fils de Dieu. À cette même époque, justement, se propage dans l’Empire romain un culte païen qui inquiète beaucoup l’Église: le Dieu Mithra, divinité indienne apparue vers 1500 ans avant Jésus-Christ, jouit d’un regain d’intérêt et est vénéré partout dans le bassin méditerranéen. À tel point que l’empereur Aurélien envisage d’en faire le dieu officiel de l’Empire (et on imagine d’ici à quel point Jupiter et sa clique devaient fulminer en entendant pareille ineptie…) ! 
En 274, il officialise donc cette religion et érige même à Rome un splendide temple dédié à Mithra.
Il faut voir dans cette décision d’Aurélien un calcul politique. Officialiser le culte de Mithra revient à apaiser l’Empire (notamment les peuples fédérés) en proie à de nombreuses révoltes…
Chaque année, donc, Aurélien fait célébrer la naissance du Dieu-Soleil par des jeux somptueux. Et devinez un peu le jour de cet anniversaire? Je vous le donne en mille: le 25 décembre!
(nous y voilà)



mythes, symboles, légendes...

Le choix du 25 décembre provient d’ailleurs du calcul du solstice d’hiver dans le nouveau calendrier julien, on sait aujourd’hui que cette date est erronée…



 La communauté chrétienne ( l'Eglise ) prend peur devant l’ampleur du phénomène Mithra.



 Pour tenter de contrer l’influence croissante de cette divinité païenne, les autorités religieuses décident d’instaurer une toute nouvelle fête: celle de la naissance de Jésus. 
Pas besoin de vous faire un dessin, la date du 25 décembre est choisie pour faire un peu d’ombre au soleil (ah, ah). Et le lobby chrétien parvient finalement à ses fins: le christianisme, appuyé par l’Empereur Constantin, gagne petit à petit du terrain sur le mithraïsme qui tombe bientôt dans l’oubli…

Quant au bœuf et à l’âne qui décorent régulièrement les crèches de Noël, vous aurez beau fouiller de fond en comble la Bible, vous n’en trouverez mention nulle part… 




Ces éléments ont été rajoutés tardivement (apparemment, par François d’Assise en 1223) sur la base d’un verset du prophète Esaïe: « Un bœuf reconnaît son propriétaire et un âne la mangeoire de son maître: par contre, mon peuple ne me reconnaît pas. »
D’ailleurs, le Concile de Trente, en 1563, interdit les représentations du bœuf et de l’âne ! 
Face à un protestantisme grandissant, on est alors désireux de manifester plus de rigueur dans l’expression de la foi chrétienne… et on supprime donc certaines croyances fondées sur les seuls évangiles apocryphes. 
Cette recommandation fut relativement bien suivie jusqu’au milieu du XVIIe siècle. Impossible donc de voir des bœufs ou des ânes chez Velasquez, Vignon ou Rubens, par exemple!
Pour vous en convaincre…regardez leurs tableaux ! 

Puis les esprits s’assouplissent et le bœuf et l’âne réapparaissent petit à petit…





donc

Jésus n'est pas né le 25 décembre. 

Si l'existence de Jésus, juif galiléen, est une vérité historique pour une majorité d'historiens, on ne sait que peu de chose sur les débuts de sa vie. Et encore moins précisément ses dates et lieux de naissance... C'est le pape Libère qui, autour de l'an 354, aurait très judicieusement décidé de fixer la date de naissance du Christ le jour d'une fête païenne déjà bien installée dans les pratiques populaires de l'époque. Le choix s'est porté sur le 25 décembre, qui correspondait à la fête romaine du "soleil invaincu" (Sol invictus en latin). 
Un culte païen destiné à célébrer le solstice d'hiver, c'est à dire ce moment de l'année où les journées commencent à rallonger. 
Dit autrement, tout comme certains menhirs bretons ont été transformés en symboles chrétiens en y gravant une croix, la fête romaine du soleil a été christianisée en décrétant que c'était le jour de la naissance de Jésus. 


Plus fort encore, Jésus n'est pas né il y a 2014 ans. 
Notre actuel calendrier débute par convention avec la naissance de Jésus. 
En toute logique, Jésus serait donc né au tout début de l'an 1, ou à la toute fin de l'an -1, soit il y a presque 2014 années. 
Sauf que d'après les nombreux spécialistes qui se sont penchés sur la question depuis deux siècles, Jésus serait plutôt né en -5 ou en -7... avant lui-même. 

Ce qui signifie qu'en toute logique, nous ne serions pas en 2014, mais en 2019 ou 2021. 
De quoi y perdre son latin. 


 Casse tête ! 
 Année 0 ou an -1 ? 

Comment s'appelle l'année qui précède l'an 1, celle à la fin de laquelle serait né Jésus? An zéro ou -1? 
Plusieurs réponses. 
Au XVIIIe siècle, un célèbre astronome, Jacques Cassini, a introduit une année zérodans ses Tables astronomiques -l'année zéro précédant alors l'année 1.

Pour les historiens, en revanche, pas de zéro qui tienne: l'année qui précède la première année de notre calendrier est l'an-1 avant Jésus-Christ. Tout comme le 1er siècle commence en l'an 1 et se termine en l'an 100, le premier siècle avant Jésus-Christ commence donc en -100 et se termine en -1. 

 Conclusion ;   à l'époque l'Eglise a fait  un «coup marketing antique» !

L’Eglise n’a fixé cette date qu’au IVe siècle de notre ère. 
L’explication la plus courante de ce fait est que l’Eglise des premiers temps avait souhaité faire coïncider la célébration de la Nativité avec des fêtes païennes déjà existantes. 
Les Romains avaient leurs Saturnales, l’ancienne fête du solstice d’hiver, et les peuples du Nord avaient eux aussi leurs propres fêtes du solstice
Au menu des réjouissances : repas, dons de cadeaux et maisons décorées de branches de sapin ou de houx.

Le raisonnement est le suivant:
 l’Eglise en pleine expansion, ayant pris la juste mesure de la popularité des fêtes hivernales, a décidé d’y rattacher les célébrations de Noël pour encourager l’essor du Christianisme.





liens ;




  2 livres que je recommande.  
  

 
 les mystères de la nativité christique
Henri Blanquart (auteur)


Très interpellant . (messe de minuit et les autres ! ) 


Les mystères de la messe
Henri Blanquart (auteur)


Restons des grands enfants émerveillés ! 


Je tiens à vous préciser que ce  courant 
- de pensées, 
- de prières collectives, 
forment une grande force ,(appelée égrégore) qui se répercute dans les Energies Cosmiques , et ce n'est pas négligeable ...


   Danysis  





vendredi 20 novembre 2015

Appel et invocation aux Forces de Lumière




L'actuelle période de Transition vers le Nouvel Âge touche bientôt à sa fin et les forces sombres, matérialistes et involutives, sentant ce monde leur échapper, se déchaînent pour court-circuiter - en vain - le bon processus. Elles instillent toujours plus de chaos, fondé sur le même moyen, la peur et la division. Elles manipulent désormais l'émotionnel via les immenses ressources médiatiques dont elles ont le plein pouvoir.

L’Événement consistera en une réinitialisation du système financier mondial fondée sur la Dette, qui vise à rendre les nécessaires débiteurs "esclaves" de ces forces. Un changement social et culturel suivra immanquablement avec la révélation de la vérité de qui sont ceux qui agissent dans les coulisses et pourquoi.

Mais une des choses que redoutent le plus cette "élite" sombre qui gouverne le monde est la Divulgation tant attendue par beaucoup, de l'éternelle présence à nos côtés, de nos nombreux et variés Frères de l'Espace. La Terre est en relation avec différentes civilisations galactiques et systémiques et notre Hiérarchie Planétaire, chargée d'appliquer le Plan Divin sur Terre, est interconnectée avec les autres Hiérarchies Extra-Terrestres depuis que l'homme est sur cette planète.

L'Antique coopération est cependant altérée. 

La Terre a été mis en "quarantaine" par certains depuis longtemps déjà, grâce à un voile plasmique et un réseau d'implants éthériques spécifiques. Le but était de nous isoler et nous brider vibratoirement, pour mieux nous dominer par l'ignorance qui en résulte. Mais l'heure de la Vérité sur nos origines approche à grands pas. 

La sagesse et la puissance technologique de nos Frères de l'Espace, si elle pouvait se déclarer ouvertement comme cela est prévu, invaliderait quasi immédiatement la main mise de cette élite mondiale et de son système. Le compte à rebours est lancé.




Il existe un mouvement de plus en plus structuré et nombreux - qui agit sur à la surface de la Terre et sous terre - pour favoriser la chute de ce petit groupe sombre aux commandes du monde. L'adage spirituel  "Ce qui est en haut est comme ce qui est bas" nous indique que bien que nos regards soient tournés sur la surface de la planète, la guerre qui fait rage - le plus souvent par combattants interposés (cf la Syrie) - est un reflet d'une guerre de Libération à un niveau beaucoup plus global. Bien que nous ne soyons directement concernés que part le sort de la Terre, il est édifiant de savoir que cela concerne plus globalement, encore certaines zones de notre système solaire et une partie de la galaxie. Les informations concernant les avancées dans ce domaines sont plus qu'encourageantes.

En attendant et ce pour la première fois, le Mouvement pour la Résistance, lance un appel à une méditation de groupe le 22 Novembre (à 7h12 en NC) visant désormais à invoquer l'intervention des extraterrestres positifs et des êtres de lumières sous la surface de la terre. Des études scientifiques ont confirmé les effets positifs des méditations collectives sur la société humaine, donc chaque personne qui participera à cette méditation peut vraiment accélérer l’arrivée de l’Événement. L'invocation est un processus visant à provoquer un appel magnétique, ouvrant une voie à l'énergie. La date et l'heure sont en rapport avec un moment clef astrologique. Planter la bonne graine dans ce portail peut vraiment faire changer la course des événements. 

A ceux dont l'esprit et le cœur sont ouverts, travailleurs et guerriers de lumière : "Ce jour-là, notre effort collectif sera le déclencheur qui aidera à activer le Plan, afin qu’il s’accomplisse."
Préparons-nous au Changement et soyons-en des Acteurs !
==> Le blog officiel du Mouvement pour la Résistance

Le protocole a suivre pour la méditation  ou voir la présentation en Vidéo
1- Utilisez votre propre technique pour être dans un état détendu de conscience.

2- Affirmez votre Intention d’utiliser cette méditation pour accélérer le processus nous amenant à la Divulgation et à l’Événement.

3- Visualisez un faisceau de Lumière en provenance de votre chakra d’Âme Stellaire (environ 20 cm. au-dessus de votre tête) et visualisez ce faisceau se joindre à celui de tous ceux qui méditent.






4- Visualisez ensuite ce nouveau faisceau collectif de Lumière qui prend de l’expansion dans la grille énergétique de la Terre, connectant tous les chakras d’Âmes Stellaires de tous les êtres pensants à la surface de la planète, sous la surface et partout dans le système solaire.

Visualisez tous les êtres impliqués dans la situation de la Terre être harmonisés avec le but de manifester positivement la Divulgation et l’Événement, le plus tôt possible.

Visualisez toutes les bombes plasmatiques Strangelets et Toplets être enlevées de façon inoffensive.
Visualisez toutes les autres technologies exotiques d’armement être exposées et enlevées sans effort.

Visualisez la Divulgation massive d’informations sur la présence des extraterrestres et sur les programmes spatiaux secrets, via les médias traditionnels.

Visualisez que l’Événement a lieu, libérant finalement la planète Terre.



- D'un blog AMI ; le lien





   à bientôt 



dimanche 25 octobre 2015

Notre destin est dans notre bouche






« Au commencement était le Verbe,
 et le Verbe était en Dieu, et le Verbe était Dieu. […]
Et le Verbe s’est fait chair. […]  »
Évangile selon Saint Jean 1:1 ; 1:14





Votre vie est à l’image de votre langage

Pratiquement toute personne qui s’intéresse au yoga, à la psychologie et la philosophie orientale connaît le nom du sage Patanjali et son traité monumental sur le yoga : les « Yoga Sutras ». Mais presque personne ne sait qu’il a également écrit des ouvrages, non moins remarquables, sur le langage et la médecine : « Patanjala-bhasya » et « Charaka ». Patanjala-bhasya, qui complète la grammaire de Panini, enseigne comment parler et construire correctement son langage.

Toute personne cherchant la perfection dans la vie devrait devenir :
- premièrement, un médecin soignant son propre corps ;
- deuxièmement un spécialiste du langage faisant attention à sa propre parole ;
- troisièmement, un philosophe purifiant sa conscience et atteignant la Vérité Absolue.

La vie d’une telle personne ne connaît pas les souffrances physiques, la passivité dans le développement personnel, l’incohérence dans la parole. C’est exactement ce genre de personne que Patanjali appelle un Yogi. Quels que soient le type de yoga ou de pratique spirituelle qu’il suit, tout ce qui a été exposé plus haut le concerne complètement.   

 La parole possède une très grande force énergétique. Les spécialistes qui ont des capacités extra-sensorielles  disent que les personnes qui ont un langage grossier ou insultant, ont une tache noire sur le corps subtil qui peut se transformer en maladie.




La parole est une manifestation du prana

L’Ayurveda enseigne que la parole est une manifestation du prana (énergie vitale). Le prana est le pouvoir de vie, l’énergie universelle. Plus une personne a de prana, plus elle réussit, est charismatique, en bonne santé et harmonieuse. Le prana s’épuise d’abord quand la personne parle, surtout quand elle critique, juge, se plaint ou parle grossièrement.

Les personnes les plus épanouies sont celles qui parlent agréablement et peuvent contrôler leur langage. La Bhagavad Gita dit que l’art de la parole contenue c’est la capacité à dire la vérité avec des mots agréables. Les personnes qui parlent grossièrement occupent les places les plus basses dans toutes les hiérarchies. Cela affecte fortement à la fois l’économie et la vie spirituelle en général. En Orient, toute personne qui ne peut pas contrôler son langage de manière élémentaire, est considérée comme un être très primaire même si elle est professeur en Occident.






Notre destin se détermine par notre langage

Il est important de comprendre que lorsqu’une personne critique quelqu’un, elle prends son karma(bagage psychique) négatif et ses mauvais traits de caractère. C’est ainsi que la loi de cause à effet fonctionne. Nous prenons également les qualités de la personne que nous admirons. C’est pourquoi les Védas invitent à toujours parler de l’énergie Divine et des saints. C’est la voie la plus facile pour acquérir des qualités divines. En d’autres termes, si vous voulez avoir certaines qualités, vous pouvez simplement lire quelque chose concernant une personne sainte qui a ces qualités, ou en discuter avec quelqu’un. Il est connu 
depuis longtemps que nous obtenons les qualités d’une personne à qui nous pensons et par conséquent, dont nous parlons. C’est pourquoi, même les psychologues occidentaux conseillent de penser et de parler de personnes qui réussissent et sont harmonieuses. Mais plus nous sommes égoïstes et jaloux, plus il nous est difficile de dire du bien de quelqu’un.  Nous devons apprendre à ne jamais critiquer.


Fresque en Inde ; Mahabharata


Celui qui nous critique prend notre mauvais karma et nous donne son bon karma. Les sages ont toujours affirmé que c’était bien d’être critiqué. Comment la parole est-elle liée à notre destin ? Le « Mahabharata » dit que si vous programmez ou envisagez de faire quelque chose, il ne faut le dire à personne. Une fois que vous en avez parlé, la probabilité de réaliser vos projets diminue de 80%, surtout si vous en avez parlé avec une personne jalouse et cupide. Pourquoi les personnes qui parlent peu et avec conscience réalisent-elles plus de choses ?  
Elles ne perdent pas d’énergie. 

Une autre règle simple liée à la parole :
si nous avons fait quelque chose de bien à quelqu’un et si nous nous en vantons auprès des autres, alors à ce moment-là,  nous perdons le karma positif et tous les fruits de notre ferveur, acquis grâce à notre comportement. Les vantards réussissent peu. C’est pourquoi nous ne devrions jamais claironner nos réalisations, parce qu’à ce moment-là nous perdons tous les bénéfices que nous venons de gagner.



3 règles pour une parole sensée

La première règle pour parler intelligemment est de compter jusqu’à dix avant de faire une remarque. 

Cela peut sembler impossible en pratique ; dans un premier temps, il vous sera difficile de compter jusqu’à trois. Néanmoins, si vous prenez le temps d’une pause avant de répondre, votre réponse sera plus intelligente. Car la première chose qui nous vient à l’esprit quand on nous critique ou qu’on nous blâme, est de chercher une excuse et de répondre abruptement. C’est pourquoi nous devrions apprendre à réfléchir 5-10 secondes avant de répondre. De plus, cela permet de calmer le surcroît d’intensité émotionnelle. Une personne qui pratique la retenue parle très peu, mais pèse ses pensées.

La deuxième règle est de ne pas aller dans les extrêmes.

 « Dieu se montre dans les choses ordinaires, et le diable – dans les extrêmes ». On ne devrait pas jurer : « Je serai muet comme une carpe ». Une telle promesse, surtout si vous êtes de nature extravertie, ne peut vous faire que du tort. Si votre nature vous conduit à parler beaucoup, alors faites le de façon à ce que cela soit profitable à ceux qui vous écoutent. Donc, soyez ouverts et aimables et, surtout, vivez consciemment.

La troisième règle importante est d’éviter de se plaindre.

 Le premier pas vers l’amour est la gratitude. 
Peu de gens remercient dans ce monde. 
En général, tout le monde se plaint,  que ce soit explicitement ou non. Mais il est important de se rappeler que si nous ne remercions pas, tôt ou tard nous critiquerons, nous nous plaindrons, sans forcément en être conscient. Dès que nous nous plaignons, notre centre énergétique du cœur (Anahata chakra) se bloque. Les plaintes les plus fréquentes concernent la malchance, nos proches, le destin, l’insatisfaction à l’égard de soi-même et du monde.
Les plaintes ne s’expriment pas seulement dans les mots, mais tout d’abord, dans les pensées, l’intonation, le style d’expression orale, et l’attitude par rapport à la vie. Chaque situation nous est donnée pour travailler sur nous-mêmes. 
Moins nous sommes harmonieux, plus nous sommes tendus et plus dures seront nos leçons de vie. Mais dès que nous acceptons la situation, la détente se produit et, par conséquent la solution arrive rapidement. 
Si on nous donne une épreuve à dépasser, cela signifie que nous pouvons le faire.

L’Univers ne donne jamais d’épreuves au-delà de nos capacités. 
Au lieu de nous plaindre, nous devons prendre l’habitude de remercier.


Extrait du livre de Rami Blekt «Aimer sans conditions pour vivre heureux. Les secrets d’un Maître de la sagesse orientale»


Suppression de 2 images animées à la demande de Yoga&Vedas.
ici  ; 
Merci Danièle pour votre mail et partage. 
Merci pour le lien en bas de l'article. 

Pourrais je vous juste demander d'enlever deux images animees s'il vous plait car elles ne correspondent ni au contenu ni a l'ambiance de l'article. En plus c'est un extrait d'un livre presque sientifisue sur la psychologie et je sais que les vibrations que son auteur souhaite communiquer sont complètement autres. 

Je voudrais aussi insister sur le fait que Yoga&Vedas n'est pas un blog car il ne s'agit pas chez nous des expériences perso mais de la transmission de la connaissance qui s'inscrit dans une tradition. Les termes que j'utilise sont "magazine multimédia" ou "plateforme multimédia".

Merci pour votre compréhension ;)



°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°



Nos mots sont les véhicules de nos pensées,  
et les traduisent




Or nos traductions peuvent être imprécises, approximatives, exagérées, déformées, ou erronées.
Ces mots s’en vont ensuite faire leur chemin, pénétrant dans les pensées de l’autre en passant par son propre traducteur — qui a des caractéristiques aussi… floues que le nôtre.

Aucun mot n’est anodin, chacun d’entre eux, même celui qui semble le plus insignifiant, est à même de troubler la tranquillité de l’eau d’un lac. Toute parole est perçue, réceptionnée, elle a une résonance personnelle ou affective, et souvent un impact sur la relation.

D’autant que parfois, l’utilisation et/ou l’interprétation de ces mots peuvent être l’occasion de régler un vieux contentieux, blessant davantage tout en leur ôtant du même coup de leur crédibilité…

Ne pas parler trop vite, contrôler son langage, mesurer la responsabilité des paroles dans la qualité de la relation et pour la suite, avoir une parole positive, confiante, réconfortante, plutôt que l’inverse, faire preuve de tolérance, sont autant de garants d’une communication non-violente, que ce soit en face à face ou en l’absence des intéressés.

La première victime de ses mots aigres ou méchants, c’est d’abord la personne qui les profère, car cette aigreur et cette méchanceté la nourrissent. Mais cette aigreur peut se révéler contagieuse, et elle peut aussi faire beaucoup de dégât autour d’elle.

Détoxifier le vocabulaire, faire le grand ménage et le débarrasser de ses encombrants, l’embellir, l’enjoliver, l’épurer, le peaufiner… un fameux exercice pour des résultats immédiats ! d’excellents devoirs de vacances ! et ce ne sont pas les références qui manquent !

“ Entre ce que je pense,
ce que je veux dire,
ce que je crois dire,
ce que je dis,
ce que vous voulez entendre,
ce que vous entendez,
ce que vous croyez en comprendre,
ce que vous voulez comprendre, et
ce que vous comprenez,
Il y a au moins neuf possibilités 
de ne pas se comprendre. ”




“ Parle,comme s’il n’y avait pas de lendemain,

pour rattraper ce que tu as dit la veille… ”



et


 vu là





C'est très important ,  il faut que l'on se surveille, non seulement dans nos actes, mais aussi dans nos paroles , il nous faut faire très attention. 
C'est toujours notre Ego qui nous perturbe.



   à bientôt 















jeudi 24 septembre 2015

Rien n’est laissé au hasard, pas même la mort…







On voit souvent la mort comme un événement qui survient sans crier gare et surtout sans que personne n’en ait le moindre contrôle. 
Mais est-ce le cas ? 
Se pourrait-il que tout comme la vie, elle ne soit pas laissée au hasard ? 
Se pourrait-il que derrière les apparences, ce passage se prépare de longue date ?


D’emblée, l’idée peut sembler totalement farfelue, voire abjecte surtout quand elle survient subitement.

Comment alors prétendre à autre chose qu’un coup inexplicable du destin ? mort
Quand on regarde ce passage de vie uniquement sous l’angle de la matière, il est effectivement difficile d’y voir un aspect de préparation. Mais c’est aussi ce qui la rend si difficile à accepter parce qu’elle semble n’avoir alors aucun sens.

En revanche, quand on l’observe d’un point de vue énergétique, alors, elle se révèle sous un autre jour et apporte des réponses à de nombreux phénomènes entourant la mort.

Depuis la nuit des temps, un lot d’expériences entourant la mort ne trouvait d’explications que dans ce qu’on appelle la science ésotérique. mort


Les érudits de cette science pouvaient en donner une explication. 
Le problème avec ces informations, c’est qu’elles n’étaient pas reconnues et donc on y portait peu de crédit. 
Aujourd’hui, nous avons le privilège de bénéficier de recherches scientifiques qui étudient ces divers phénomènes entourant la mort et qui apportent un complément d’information à ce que la science ésotérique enseigne depuis déjà longtemps.

Un savoir inné.

Du point de vue spirituel, la mort, tout comme la naissance, possède un temps de gestation pour permettre à l’être de préparer sa transition du monde matériel au monde immatériel. mort


Même si on ne voit pas ce qui s’y produit de manière tangible, il n’en demeure pas moins que cette préparation a bel et bien lieu. 




Toutes les morts sont préparées très à l’avance, sauf le suicide qui, lui ne relève pas d’une décision de l’âme (conscience), mais plutôt d’un choix de la personnalité.

Quand on observe ce qui s’est produit dans les derniers moments d’incarnation d’une personne décédée subitement (accident ou mort violente), on y trouve très fréquemment des éléments inhabituels qui, après coup, indiquent que cette dernière sans nécessairement savoir consciemment qu’elle allait mourir, détenait un certain savoir intangible sur son avenir.


Par exemple, elle aura laissé un message d’amour à ses proches ou un texte ou une chanson qui parle de départ, de voyage ou d’amour. Elle aura préparé tous les renseignements et papiers inhérents à son départ. Elle aura réuni avec insistance ses proches. Elle aura dit des propos étonnants sur son avenir qui à ce moment n’avaient pas de sens, mais qui prennent toutes leur portée après la mort, comme « C’est mon dernier Noël avec vous ».mortmort
mort
Tout cela témoigne qu’à un autre niveau l’être sait que la transition entre les mondes arrivera bientôt pour lui. Difficile à envisager qu’on puisse préparer sa mort ? Eh bien ! Regardons ce que les scientifiques ont observé de leur côté

Une conscience accrue

Grâce à une infirmière, nommée Maggie Callanan


qui a œuvré auprès des personnes en fin de vie pendant plus de vingt ans, certains scientifiques ont décidé d’observer un phénomène qu’ils ont ensuite nommé Expérience de conscience accrue.

 Ils ont découvert que peu importe la religion ou la culture d’une personne en fin d’incarnation, sa conscience s’accroît et lui donne ainsi accès à des éléments d’information que personne d’autre ne capte.

En d’autres mots, dans les derniers jours de vie, les sens s’affinent pour capter des éléments plus subtils et permettent ainsi de voir, d’entendre ou de ressentir des informations notamment réservées aux médiums. Par exemple, de nombreuses personnes voient des êtres chers décédés et communiquent avec eux.

Longtemps considérées comme des hallucinations ou des désordres mentaux, ces visions sont maintenant reconnues et prises au sérieux. Les chercheurs ne peuvent expliquer comment cela se produit, mais ils ont clairement éliminé les possibilités de désordre, de mal fonctionnement du cerveau ou encore de conséquences inhérentes à la médication.


Une aide précieuse au passage





Du point de vue énergétique, les expériences de conscience accrue font tout simplement partie de l’une des étapes de préparation à la mort. 


Les scientifiques y ont d’ailleurs observé tout le bienfait qu’elles suscitent. 
En effet, il y a une diminution considérable de la peur de la mort après l’avoir vécu. Elles servent donc à apprivoiser cette nouvelle réalité qui surviendra sous peu pour mieux l’accepter. 

L’être touche à des états vibratoires en dehors du corps physique et voit ce qui l’attend de l’autre côté des choses. 







Voilà qui rend la traversée plus rassurante.






Sous cet angle, il n’y a plus rien d’infâme dans la préparation à la mort, Bien au contraire. On peut voir la beauté de la vie se déployer pour que tout être vive ce grand voyage de la meilleure façon qui soit y compris celui qui survient subitement.mort


Comprendre la mort est si aidant pour mieux la vivre et l’accompagner.


Sylvie Ouellet.

texte trouvé ici




mercredi 5 août 2015

Le son est-il le système nerveux du cosmos ?


Il existe un moyen de rendre les sons visibles. On appelle « cymatique » cette science énigmatique, qui puise ses racines dans l'histoire de l'univers. Quelle est la nature de l'onde sonore ? Que sait-on vraiment de son pouvoir sur nous ?

La cymatique




signatures fréquentielles
Allemagne, 18ème siècle. Ernst Chladni est un mathématicien doué et discret. L'homme est aussi musicien et sa passion pour le violon va le conduire à une découverte extraordinaire. Saupoudrant de sable un disque de cuivre, il en frotta le bord avec son archet. La plaque se mit à vibrer et le sable à se déplacer, dessinant d'authentiques formes géométriques. « Qu'on juge de mon étonnement voyant ce que personne n'avait encore vu », dira plus tard son ami et philosophe Lichtenberg, auteur de travaux sur l'électricité statique.



signatures fréquentielles
Dans les années soixante, le physicien Hans Jenny sera le premier à révéler ce phénomène oublié. Grâce à l'évolution de l'électronique, il prolonge les recherches et fait varier les supports. Il invente le tonoscope, petit appareil tubulaire assorti d'une membrane sur laquelle on aura versé de la poudre, qui permet de créer des formes étonnantes avec le son de sa voix. Plus d'un siècle après les premières expériences, Jenny livre des observations d'une grande précision sur la nature du son, et invente une nouvelle science : la cymatique.




signatures fréquentielles
Du grec ''vague'', la cymatique étudie l'interaction du son et de la matière. Les outils de mesure acoustique modernes ont permis d'étudier ces modulations spontanées : dans l'eau par exemple, un son grave produit un cercle entouré d'anneaux ; un son aigu accroît le nombre d'anneaux concentriques. Soumise au rythme des oscillations, la variété de formes générées semble sans limite. Hans Jenny parlera de « modèle dynamique mais ordonné ». Quel pouvoir autonome renferme l'onde sonore ?






signatures fréquentielles
Toute activité produit du bruit.






 Du plus retentissant au plus subtil, il est trace du mouvement. Christian Hugonnet, ingénieur acousticien et fondateur de la Semaine du Son, décrit un enchaînement simple : « l'action entraîne la vibration de l'air qui va déplacer des molécules, se choquant les unes aux autres comme pour se transmettre un message ». Avant d'être une manifestation audible, le son se caractérise par un changement moléculaire, sur une surface donnée et en un temps donné. Dans cette équation, nul besoin d'oreille pour considérer qu'il y a dynamique sonore. C'est la fréquence de l'onde qui va diriger toute l'énergie. « Dans l'expérience avec le sable, les grains s'agglutinent là où la fréquence est haute », détaille le spécialiste. La propriété d'un corps à entrer en résonance avec le flux d'énergie va créer la forme. La matière prend la forme de l'énergie qui lui est adressée.



Le son primordial

signatures fréquentielles
Spirales, polygones, stries... ces marques sont souvent analogues à celles déjà présentes dans la nature. « J'ai constaté qu'une plaque elliptique soumise à des vibrations sonores reproduit les figures qu'on trouve sur la carapace d'une tortue », constate le photographeAlexander Lauterwasser. Une morphogenèse fondée sur la transmission de codes génétiques nécessaires à la formation des masses et à leur différenciation, et qui révèle un processus harmonieux dans l'ADN terrestre. Dès lors, est-il possible que les formes animales et végétales qui nous entourent – et la matière vivante dans son ensemble – soient elles-mêmes le résultat de vibrations, comme le rapportent de nombreuses traditions ?




signatures fréquentielles
Bien avant ces découvertes scientifiques, les cultures traditionnelles du monde entier ont développé leur récit mythologique de la création de l'univers. La voix et le souffle y sont féconds. « Au commencement était le verbe, dit l'Evangile. Les textes celtes sacrés évoquent Trois Cris qui firent éclater l'Œuf du Monde », rapporte le Docteur Alain Boudet, enseignant et conférencier.

« Chez les hindous et les bouddhistes, le principe structurant du chaos d'origine est le mantra Om 


   le Om 


Mantra du Om ( libère , équilibre ... )




et les Mayas parlent du chant des Dieux comme du système nerveux de l'univers ». Une cosmogonie universelle, portée par des figures archétypales semblables aux formations cymatiques, telles que les mandalas. Ces mystérieuses corrélations entre figures naturelles et symboliques renverraient à une intuition de la forme, perdue avec le temps : « Cette géométrie originelle est en nous. Nous l'avons oubliée à mesure que le mental s'est imposé », raconte Alain Boudet. Dans son ouvrage Cymatics, le pionnier Hans Jenny conclut à la puissance fondamentale et génératrice de la vibration. Sa périodicité soutient la bipolarité de la vie : le mouvement et la forme. La vibration comme source de toute chose : un constat, mais aussi une opportunité de reconsidérer le monde dans lequel nous évoluons.


Echos d'avenir

signatures fréquentielles
Pythagore disait : « L'homme possède toutes les valeurs du cosmos ».



L'auteur du célèbre théorème de géométrie a développé le principe de microcosme, reliant l'organisme humain à l'organisation de l'univers. L'influence du son invite désormais à une nouvelle écoute du vivant. « La biorésonance nous renseigne sur la fréquence optimale de nos organes », explique Andreas Freund, physicien quantique. Au Tibet, les bols chantants sont reconnus pour leurs vertus. Leurs tonalités spécifiques communiquent avec la matière cristalline de notre corps : les os, les tissus et l'eau qui nous compose à 70 %. Plus le son est grave, plus l'on travaillera la zone racine du corps. Comme la cymatique, notre résonance cellulaire trace un chemin pour la vibration, réharmonisant notre énergie interne. Un processus identique aux diapasons thérapeutiques employés depuis des siècles en Europe, dont les fréquences en hertz sont réglées pour des actions cibles. Mais pour masser nos entrailles, quel meilleur instrument que la voix ? Le chant harmonique des traditions chamaniques, aussi appelé chant diphonique dans nos conservatoires de musique, est une technique vocale sur deux notes simultanées, par un positionnement de la langue et des lèvres. Curiosité ou évidence biologique, ce son très apaisant ressemble à celui des vents solaires.

signatures fréquentielles
La Cymatique ou comment le son crée la forme.

La vague de l'action contient à la fois l'intention et son empreinte. « Le son in-forme. Il est porteur d'information », nous dit Andreas Freund. Une attention portée aux messages de la nature, qui permet aujourd'hui de décrypter jusqu'au langage par ultrasons des dauphins ou la sensibilité des plantes. La dimension vibratoire du son sert de modèle dans une recherche de cohérence et d'alignement. Ses explorations scientifiques, artistiques et spirtuelles offrent les clés d'une autre conscience de l'homme et de son environnement, vers une nouvelle signature écologique.
signatures fréquentielles
Lucile de La Reberdière
www.inrees.com


*** Article pris ici




Je vous l'avez bien dit que je reviendrais de temps en temps !